Téléphone

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

L’espoir de survie

Comme une poussière

Vient de s’envoler

Dans l’ombre grise du mouroir

 

On le voit s’en aller

A petit feu

Sans dire un seul mot

Comme une herbe jaunie

Qui se fane en silence

Comme un oiseau blessé

Dont on feint l’ignorance

De la lente agonie

Derrière un rideau blanc

Que l’on vient de tirer

Les mains jointes

Et le regard baissé

La nonne prie

Mais Dieu même brille

En ces lieux par son absence

La fragile bougie

Qu’elle vient d’allumer

Dont la flamme vacille

Va s’éteindre bientôt

Le téléphone

Dans la chambre voisine

Se met à sonner

 

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/