Survivre où mourir

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 30 novembre 1999)

le combat de l’indifference…..

aprés avoir entendu les d’un enfant…..”j’ai faim monsieur”

dans ses yeux l’espérance sacrifiée !

je vous propose suite à ce vécu…cette poésie……..krol bruno 

 

 

survivre où mourir !

 

Attise le feu des rancoeurs

Où gisent les baisers trompeurs

Le vent fouette la pitié

Le long des venelles souillées.

La ville vomit ses haillons

La main tremble sous les cartons.

Vois l’enfant rougi par le froid

Ses doigts glacés griffent la croix

La crasse écorche ses genoux

Le bitume aspire sa toux.

Les lambeaux de rue se déroulent

Ventre ouvert au regard des foules

Le mot dignité s’est couché

Sur la majuscule ébréchée.

Au cri, le grand ciel se dépeint

Un drapeau noir sur ce “j’ai faim”

La pluie cogne à la chair fétide

Où le suaire éssuie la ride.

Les hommes crachent résignés

Au miroir de la cécité.

Eventre les ruisseaux de lait

Où l’espérance est sacrifiée

La douleur accule les flots

Vers l’indifférence des maux.

Les larmes souillent ces exclus

Couvrent la plaie gorgée de pus

On lit la peur, on lit la mort

Le gémissement se fait corps.

L’echaffaud du rêve s’active

Sur cette nuit frêle et chétive

La belle étoile se déchire

Au pain rompu vivre ou mourir.

L’infini gouffre se prolonge

A tous ces pardons du mensonge.

Brise le souffle des menteurs

Où tous les grains de blé se meurent

Arrache au sol ce doux reflet

Du linceul de l’humanité !

 

krol bruno

 

 

 

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/