Sur la plage

(Publié le 7 janvier 2009) (Mis à jour le: 12 janvier 2016)
La tempête a fermé son aile furibonde,
Qui tout à l’heure encor fouettait les matelots ;
La rafale du large étouffe ses sanglots ;
Mais la vague toujours déferle, écume et gronde.

La nuit tombe. Vers l’est pâli l’étoile blonde
S’allume comme un phare illuminant les eaux.
À terre tout se tait, la brise, les oiseaux,
La charmille touffue et la forêt profonde.


Tout se tait, sur la route et dans l’enclos bénit,
Sous la feuille qui pousse, au bord de l’eau qui coule,
Sur l’herbe de la plaine et la mousse du nid.

Et, pendant qu’à mes pieds la lame se déroule,
Je promène mon œil enivré d’infini
Entre le bleu du ciel et le blanc de la houle.

Les Fleurs de givre
William Chapman

Sur la plage Les Fleurs de givre Poésie William Chapman

 Poésie William Chapman - Les Fleurs de givre - Sur la plage -  La tempête a fermé son aile furibonde, Qui tout à l’heure encor fouettait les matelots ;



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/