Sonnet 5

(Mis à jour le: 3 août 2016)
Sonnet 5
1 (20%) 3 vote[s]

C’etoit la nuyt que la Divinité
Du plus hault ciel en terre se rendit
Quand dessus moy Amour son arc tendit
Et me fist serf de sa grand’ deité.

Ny le sainct lieu de telle cruaulté,
Ny le tens mesme assez me deffendit:
Le coup au coeur par les yeux descendit
Trop ententifz à ceste grand’ beauté.

Je pensoy’ bien que l’archer eust visé
A tous les deux, et qu’un mesme lien
Nous deust ensemble egalement conjoindre.

Mais comme aveugle, enfant, mal avisé,
Vous a laissée (helas) qui eties bien
La plus grand’ proye, et a choisi la moindre.

Sonnet 5 L’Olive Poésie Joachim Du Bellay

 Poésie Joachim Du Bellay - L’Olive - Sonnet 5 -  C’etoit la nuyt que la Divinité Du plus hault ciel en terre se rendit



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/