Sans le vouloir

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Bien des misères
De ce temps
Bien des mensonges nés
D’affections meurtries
De délires éclatés

 


Passent au-dessus des champs
Et des bois Et des villes
Battant des ailes
Comme des oiseaux
Puis longent le bord des eaux
Survolent la mer
Et finalement
Se laissent tomber
Lourdement
Comme des pierres
Ils gisent au fond
De l’océan Où sans le vouloir
Ils se mêlent au sable
Et se font oublier
Le ciel alors à notre aplomb
Se met à vibrer
Comme dans la noirceur de l’oubli
La mémoire retrouvée
Jacques Herman
2009

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/