Ruffian

(Mis à jour le: 28 décembre 2015)
Evaluer cet article

Dans le splendide écrin de sa bouche écarlate
De ses trente-deux dents l’ émail luisant éclate.
Ses cheveux, pour lesquels une abbesse l’ aima
Jadis très follement, calamistrés en boucles,
Tombent jusqu’ à ses yeux-féeriques escarboucles-
Et ses cils recourbés semblent peints de çurma.

Sa main de noir gantée à la hanche campée,
Avec sa toque à plume, avec sa longue épée,
Il passe sous les hauts balcons indolemment.
Son pourpoint est de soie, et ses poignards superbes


Portent sur leurs pommeaux, parmi l’ argent en gerbes,
La viride émeraude et le clair diamant.

Dans son alcôve où l’ on respire les haleines
Des bouquets effeuillés, les fières châtelaines,
Sous leur voile le front de volupté chargé,
Entassent les joyaux, les doublons et les piastres
Pour baiser ses yeux noirs vivants comme des astres
Et sa lèvre pareille au bétail égorgé.

Ainsi, beau comme un dieu, brave comme sa dague,
Ayant en duel occis le comte de Montague,
Quatre neveux du pape et vingt condottieri,
Calme et la tête haute, il marche par les villes,
Traînant à ses talons des amantes serviles
Dont l’ âme s’ est blessée à son regard fleuri.

 

Les cantilènes Livre 2

Jean Moréas

Ruffian Les cantilènes Livre 2 Poésie Jean Moréas

 Poésie Jean Moréas - Les cantilènes Livre 2 - Ruffian -  Dans le splendide écrin de sa bouche écarlate De ses trente-deux dents l' émail luisant éclate.



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/