Rêverie

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Dans le silence feutré du bois

Elle chemine en moi

Comme un délicieux vertige

Et le son de sa voix

Vibre en me suppliant

De ne jamais mourir

 

Les branches de sapins

Frissonnent sous le vent

Les pétales des fleurs

Frémissent sur leur tige

Le ciel m'est témoin

Que je ne m'égare pas

Au milieu de la forêt

Son image m'apparaît

Fugace

Dans l'eau limpide d'un ruisseau

Et le moindre nuage

En s'effilochant

Vient encore me parler d'elle

Mais à l'orée du bois chenu

Je distingue déjà

Les clochers des églises

Les cheminées d'usines

Et les toits des maisons

Et je n'ai plus de prise

Que sur le retour

Obligé

Inévitable

A la froide raison

Jacques Herman

2010

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/