Récompense

(Mis à jour le: 15 janvier 2016)
Evaluer cet article

Ô corps tout secoué de prochaines musiques !
Lié contre la table où pèse ton sang noir,
laisse-toi transporter d’un rire dramatique
et de honteuse ardeur embellis ton espoir.

Fils indigne de l’or natal, apôtre étrange,
je désire la mer mon patrimoine bleu ;
j’épuise tous mes cris dans les ailes d’un ange,
je tente d’acquérir la sagesse du feu.


Ah ! que craindrait mon corps du printemps sur la terre ?
Je vendange ma vigne avec gloire et colère,
mon amour a repris la face de la nuit.

– Et dans le bruit mortel que fait l’aube criante
voici ! Je reconnais, généreuse et riante,
la Muse au coeur flambant, la porteuse de fruits !

La vertu par le chant
Odilon-Jean Périer

Récompense La vertu par le chant Poésies Odilon-Jean Périer

 Poésies Odilon-Jean Périer - La vertu par le chant - Récompense -  Ô corps tout secoué de prochaines musiques ! Lié contre la table où pèse ton sang noir,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/