Qohéleth

Evaluer cet article

Tout n'est que vanité
Souffle éphémère du vent
Brève incandescence
La sombre aubergine
La tomate bien mûre
Le raisin de Corinthe
Les feuilles de laitue

 

Elles-mêmes
Vous le diront
Bien mieux que moi
Qui garde le silence
Et qui à l'image
Des singes et des lions
Tourne en rond dans ma cage
Il me plairait de rompre
Les cordes et les noeuds
Qui mes bourreaux m'imposent
Et qui me lient contre mon gré
Aux futilités
Imbéciles du monde
Je rêve d'oubli
D'effacement
De gommage
De dissolution
De mon être avant terme
La sombre aubergine
La tomate bien mûre
Le raisin de Corinthe
Les feuilles de laitue
Elles-mêmes Bien mieux que moi
Vous l'expliqueront
A défaut vous pouvez
Sans crainte vous adresser
Aux vieilles filles nues
Qui la nuit venue
A la belle saison
Se risquent à parcourir
Les rues glauques
De la ville
Et dont les ombres géantes
Glissent
Comme des fantômes démesurés
Sur les façades des maisons
Elles vous parleront
Sans les y forcer
Du malheur d'être né
Comme chaque jour
En ces lieux le répètent
La sombre aubergine
La tomate bien mûre
Le raisin de Corinthe
Et les feuilles de laitue
Jacques Herman
2010

 



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/