Pour la Saint-Valentin

(Publié le 1 février 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Ces vers sont écrits pour celle dont les yeux lumineux, Aussi
brillamment expressifs que les jumeaux de Léda, Trouveront son tendre
nom niché au creux De cette page, masqué à tout lecteur. Fouillez
attentivement ce morceau, qui contient un trésor Divin — un talisman
— une amulette Qui sur le coeur se doit porter. Scrutez bien la
mesure, Les mots, les lettres elles-mêmes. N'omettez pas Le plus futile
détail ; votre peine sinon serait perdue.


 Pourtant il n'y a pas, ici, de noeud Gordien, Qu'on ne saurait trancher sans coup de sabre, Si l'on entend seulement le secret dessein. Enchâssé dans les mots de cette page que scrutent Des yeux impatients, gît, perdu, dis-je Un nom familier, souvent prononcé, à portée Des poètes, par des poètes : car le nom est celui d'un poète aussi. Ses lettres, bien qu'elles mentent naturellement Comme le chevalier Pinto (Mendez Ferdinando), Sont pourtant synonymes de Vérité. Ne cherchez plus! Vous ne résoudrez pas l'énigme, même en faisant de votre mieu




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/