Poèmes éphémères

(Publié le 4 septembre 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Un nuage coincé

Dans les gencives du ciel

S'est mis à pleurer

Ô la douleur cruelle

 

 

Que celle

Qu'infligent les étaux

 

Mes poèmes sont pareils

Aux poissons enserrés

Dans le bec acéré

Des oiseaux de passage

 

Avalés d'un trait

Les mots à peine écrits

Atteignent déjà

La fin du voyage

 

 

 

© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/