Pierre François Lacenaire, histoire et biographie de Lacenaire

(Mis à jour le: 28 juillet 2016)
Pierre François Lacenaire, histoire et biographie de Lacenaire
Evaluer cet article

Le poète Pierre François Lacenaire est né le 20 décembre 1803 dans la ville de Lyon. Accusé d’assassinat, d’escroquerie et de divers actes criminels, il est mis à mort à la guillotine le 9 janvier 1836 dans la capitale française. Considéré comme un ennemi public et de la politique, il parvient à publier ses œuvres et ses chansons.

Vie et jeunesse

Pierre François Lacenaire est l’un des 13 enfants du couple Jean-Baptiste Lacenaire et Marguerite Gaillard. Depuis tout jeune, Pierre perçoit chez ses parents une antipathie à son égard et une préférence pour son frère aîné. Souffrant du délaissement de sa mère et le fait d’être déshérité par son père, il devient un jeune garçon renfermé qui est déplacé d’un établissement scolaire à un autre.

Il commence la scolarité au collège de Lyon en 1812, puis au pensionnat de l’Enfance. L’année suivante, il intègre le collège de Saint-Chamond. Grâce à d’excellents résultats, il obtient plusieurs prix. Toutefois, il quitte le collège en 1816 pour intégrer le séminaire d’Alix, un établissement jésuite. Lorsque ce dernier ferme l’année suivante, Pierre est inscrit au collège de Lyon. Il a pour camarades Jules Lanin et Armand Trousseau, mais se fait renvoyer en 1818 suite à une révolte collégienne. Il passe quelques mois dans une société de fabrication de soieries avant de suivre des cours de commerce. Il retourne sur les bancs de l’école deux mois plus tard au sein du collège de Chambéry. Il ne parvient pas à terminer le programme scolaire en étant exclus en cours de l’année. Ses parents l’envoient chez un avoué lyonnais où il passe les derniers mois de 1820 à cause d’une dispute avec ses parents.

Plusieurs métiers

Son périple solitaire commence en 1822 lorsqu’il débute dans le milieu professionnel. Il est d’abord employé pour un notaire puis chez un banquier jusqu’en 1824. Il part pour Paris la même année afin de vivre de sa passion, la poésie. Il commence à écrire, mais ne trouve ni succès ni rémunérations pour ses œuvres.

Il se fait engager au sein d’un régiment suisse en 1826 en empruntant un faux nom. Il quitte sa place quelques mois plus tard pour revenir à Lyon. Durant l’année suivante, Pierre François multiplie les voyages en Angleterre et en Ecosse grâce à son métier de commis-voyageur pour une entreprise de commerce de liqueurs. En même temps, il réalise plusieurs escroqueries passibles de nombreuses dettes et dont la plupart sera remboursée par sa famille. Il déménage de ville en ville en passant par Genève, l’Italie et Lyon.

pierre-francois-lacenaire

Les poésies de Pierre François Lacenaire

En 1828, à la suite d’une dette de 600 francs payée par son père, ce dernier l’oblige à s’engager dans l’armée pour une durée de huit ans. Il choisit le 16e régiment d’infanterie de ligne dans lequel il est fusilier. Il est envoyé au 3e bataillon en destination de Valence, mais déserte sa place le 23 mars 1828.

Prison et décadence

De retour à Paris, après une tentative d’évasion vers l’Amérique, Pierre François Lacenaire se fait arrêter pour vol d’un cabriolet. Il utilise cette même voiture dans un duel dans lequel son concurrent, Benjamin Constant est tué. Par ailleurs, Lacenaire tue une première fois en 1828, mais n’est pas arrêté. Il est envoyé à la prison de La Force, où se trouve également Pierre-Jean de Béranger. Lacenaire est transféré à Bicêtre puis à Poissy pour y passer un an sous les verrous. Dans cet environnement de criminels, il convoite le même destin en s’initiant à l’art de diriger un gang.

Sortie de prison et multiplication des vols

À sa sortie de prison en 1830, Lacenaire devient pour un temps écrivain public. Pour combler des fins de mois, il poursuit les vols, mais perd tout son argent au jeu. Il reste fidèle à son poste d’écrivain public au sein du Palais de Justice. Il est arrêté une énième fois le 27 mars de l’année 1833 suite à plusieurs braquages. Dans sa prison, il fait la rencontre de Vigouroux, un rédacteur dans la revue Bon Sens à qui il adresse 17 chansons. Alors qu’il se trouve encore derrière les barreaux, ses œuvres paraissent dans la Glaneuse de manière anonyme, mais lui permet de gagner ses premiers succès dans la poésie.

Avec des relations comme Avril, l’un de ses camarades de prison à Poissy et François, il commet de nombreux vols et même des meurtres à l’encontre de Chardon et sa mère. Il braque plusieurs garçons de recettes ainsi que des magasins d’horlogerie. Il est finalement arrêté le 2 février 1835 sous le nom de Jacob Lévi. Il est jugé quelques mois plus tard sous « Jacob Lévi dit Lacenaire », puis « Lacenaire dit Gaillard se disant Jacob Lévi ».

La Force et jugements

Lacenaire avoue sa participation dans le double-meurtre de Chardon et de sa mère après avoir été dénoncé par ses deux amis Avril et François, le 18 avril 1835. Il est envoyé à la prison de La Force, mais passe une grande partie de sa détention préventive à l’infirmerie après plusieurs agressions de ses camarades de prison.

La séance du jugement se tient à la cour d’assises de la Seine le 12 au 14 novembre de la même année. Le poète use de son talent pour transformer le procès en une scène de théâtre. Il parle en vers et parvient même à attirer une audience féminine passionnée par sa poésie romantique. Il écope de la peine de mort avec Avril tandis que François est emprisonné à perpétuité.

En prison, il rédige ses Mémoires ainsi que de nombreux poèmes dans lesquels il tient le rôle principal d’assassin et voleur de style dandy. Le 21 novembre, son œuvre est publiée auprès du Charivari et du Corsaire.

Il intègre avant le jour de sa mise à mort la Conciergerie avant d’être transféré à Bicêtre le 8 janvier 1836 avec son complice Avril. Les deux hommes sont décapités à coup de guillotine le 9 janvier 1836. L’événement de sa mort est raconté dans plusieurs journaux français dont la Gazette des tribunaux en démontrant la fin du « monstre bourgeois », surnom que certains lui donnent.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/