Philippe Sollers, histoire et biographie de Sollers

(Mis à jour le: 9 août 2017)
Philippe Sollers, histoire et biographie de Sollers
Evaluer cet article

Philippe Sollers, de son vrai nom Philippe Joyaux, est un écrivain né  le 2 novembre 1936 à Talence. Ecrivant principalement des romans et des essais, ce talentueux écrivain est issu du milieu aisé d’une famille d’industriels de la région bordelaise. Il intègre le lycée de Talence en  1946 et fait ses études supérieures  au lycée Sainte-Geneviève puis  l’ESSEC. Philippe Sollers est un auteur prolifique mais aussi un  personnage controversé  et provocateur afin de casser, selon lui, l’image traditionnelle de l’écrivain. Aujourd’hui âgé de 79 ans, Philippe Sollers s’affiche comme un homme de lettres aux multiples facettes et qui souhaite redéfinir le rôle des écrivains dans une société évolutive.

Ses études et ses premières œuvres littéraires

Intégrant le lycée de Talence  l’âge de 10 ans, il y est jusqu’en classe de Première. Il sera en effet renvoyé pour indiscipline. Il intègre alors le lycée Philippe Sollers pour y finir ses années de lycéens. Concernant les études supérieures, il est inscrit à l’ESSEC (Ecole Supérieure des Sciences Economique et Commerciales) mais abandonne vite. Déscolarisé, il assiste aux conférences de Francis Ponge  à l’Alliance Française. C’est ce dernier qui le conduit à fréquenter les milieux littéraires parisiens et qui va réveiller sa passion pour la littérature.

Il commence à écrire en 1957 en publiant son œuvre « Le défi » dans la revue « Ecrire » aux Editions du Seuil. Il publie un an plus tard le roman Une curieuse solitude. Cette œuvre lui vaut les éloges, sous forme de critiques, de grandes figures du monde de la littérature à l’instar de Louis Aragon ou de François Mauriac. Philippe Sollers continue à publier des textes dans des revues comme Tel Quel, textes dans lesquels il revisite les œuvres d’écrivains comme Barthes, Bataille, Joyce, Artaud ou Derrida. Il publie son deuxième roman, Le Parc, en  1961 et L’intermédiaire en 1963.

Ces œuvres sont sous forte influence chinoise en raison de son admiration infaillible pour ce pays et sa culture et sont marquées par les abstractions et par l’omission qu’il fait du style narratif traditionnel. Il découpe alors les œuvres qui suivront, à l’instar de Drame, Yi jing ou Nombres, en plusieurs sections structurées de façon rationnelle. Fasciné par les textes bibliques, il publie, sous forme de feuilleton dans la revue Tel Quel, son œuvre Paradis.

Vie privée et récompenses

Philippe Sollers est marié depuis 1967 à la psychanalyste, écrivaine et sémiologue Julia Kristeva. Il est aussi pendant plus de 50ans l’intime de Dominique Rolin (1913-2012). Grâce à son talent, il reçoit de nombreuses distinctions et récompenses à l’instar de celle de Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres. Divers prix littéraires, dont le Saint-Simon ou Duménil, lui sont attribués respectivement en 2008 et en 2012.

Il reçoit entre autres plusieurs grand prix de littérature dont celui de la ville de Bordeaux en 1985 ou celui de Paul Morand en 1992. Eminent écrivain, Philippe Sollers est décrit par un sociologue comme étant « l’incarnation idéale et typique  de l’histoire individuelle et collective  de toute une génération d’écrivains ambitieux ».




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/