Petite mort

(Publié le 12 mars 2006) (Mis à jour le: 22 mai 2017)

Sous les draps, les bras en croix

Esprit détendu, je suis le roi.

Tu gis a cote de moi, apaisé.

Le repos des corps et la soif d´idéal,

Laisse les âmes vagabonder.

Elle étaye Le sentier de l´abandon total.

Flotte dans la chambrée

Dans un parfait sentiment

Un moment, quelque temps

Don des dieux, l´éternité.

Rien dans ce monde n’est parfait

Et pourtant nous en sommes si prés.

Monde physique, métaphysique, membrane au plafond tapissée,

Se présente alors la folle idée, en serions-nous les dieux ?

Ses rouages si imposants, immenses seraient sous nos yeux ?

Subtile, fine idée en vérité, cela donne le vertige d’y  penser.

Mais la membrane au plafond tapissée déjà se craquelle.

Les bruits du réel parviennent à nos oreilles ce tantôt.

L’orfèvre dirigeant ce mouvement a  détaché la nacelle,

Ce monde merveilleux est devenu simplement un oripeau.

Une réminiscence du Graal aperçu est restée accroché,

Dans tes yeux, baigne l’estocade de la vérité approchée

Déjà pale la petite flamme,

S’estompe en une fine larme,

Serions-nous immature pour contempler la simple beauté ?

Avons-nous seulement compris pourquoi et comment ?

Pouvons-nous élever à nous tous la condition de l’humanité ?

Avons-nous seulement compris pourquoi et comment ?

Eric

Petite mort Eric Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - Eric - Petite mort -   Sous les draps, les bras en croix


  1. 18 août 2006 @ 20:18 Visiteur

    Jamie-lee
    Votre poeme et vraiment merveilleux je ne puis rien dire d’autre!!!!! 😥

    Répondre

  2. 8 octobre 2006 @ 00:06 rabab

    Cette poèsie est trèsbien imaginée et très belle. 🙄

    Répondre

  3. 8 octobre 2006 @ 18:13 camille

    Papa ta poésie est trop bien!!!!!!! 😥 🙂 😉

    Répondre

  4. 8 octobre 2006 @ 18:41 Camille

    🙂 Quelle poésie merveilleuse 😥 :zzz 8) 😀

    Répondre

  5. 26 novembre 2006 @ 16:59 selena

    Kel poési merveilleuze !!! je lé mm pas lu !! mdr 😀 😀 😀 😀

    Répondre

  6. 16 janvier 2007 @ 18:54 Romane

    Toute la fragilité et la force de l’être, réunies là, dans cet instant de grâce où l’on a atteint “l’autre monde”, le meilleur de soi et de l’autre, le mystère dans toute sa simplicité.

    Joliment dit !

    Répondre

  7. 11 février 2007 @ 00:00 Romane

    Finesse et beauté
    Serions-nous immature pour contempler la simple beauté ?
    Avons-nous seulement compris pourquoi et comment ?

    Magnifique de vérité ; la conscience du petit rien qu’est “soi”. Merci Eric pour l’ensemble et la beauté de l’interprétation de l’amour… et de l’humain.

    Répondre

  8. 3 octobre 2007 @ 19:12 lol

    lo
    😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/