Paris végétal

Evaluer cet article
Nous irons donc arpenter les rues de Paris
Joyeusement comme une troupe en féérie.
Une forêt emmêlée nous absorbera
D’odeurs édulcorées : Paris y puisera.

Oui, car les végétaux envahissent les lieux
Ils s’implantent aux sols, gourmands, verts, délicieux.
Les racines côtoient les fondations ancrées
Se creusent dans les sillons bétonnés marqués.

Les tiges jonchées soulèvent le bitume
Estropié, tout mou, qui remonte vers l’écume
Les voitures sont saccadées dans leurs courses,
Voilà les végétaux face à la Grande Ourse.
Sur les immeubles les fleurs ponctuent les rebords
Et voltigent aspirant l’épine qui remord,
Les poteaux crispent sur les sèves écoulées
Des anémones animent les azalées.

Les marcheurs soulèvent les terreaux infinis
Qui fourmillent d’arômes enfouis rajeunis,
Et puis les marchés déplacés incognitos
Puisque des pommes tombent à terre plus tôt.

La Tour Eiffel est aussi entourée de fleurs
Dans ses trous des branches rampent comme en chaleur
Dans le métal incorporé lors en suspens…
La pointe incurvée se désoxyde et descend.

Par Fratini Floriane

Paris végétal Vos poémes Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - Vos poémes - Paris végétal -   Nous irons donc arpenter les rues de Paris Joyeusement comme une troupe en féérie.


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/