Par la petite porte

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Le vent m’ouvre ses bras
Et m’emporte si loin
Que l’horizon me semble
A portée de la main


Mais ce n’est qu’illusion
Comme le dernier des couards
Comme un traître
Un fuyard
Il s’éloigne sans fin

Que l’heure avance
Ou que mue soudain
Par une étrange idée
Elle ne se décide
A reculer
Peu m’importe

L’espace à l’évidence
N’est plus ce qu’il fut
Et le temps lui-même
S’est distendu
Jusqu’à tirer
Sa révérence
Et à sortir d’ici
Par la petite porte

Jacques Herman
2012

 

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/