Par la douce pitié

(Mis à jour le: 23 décembre 2015)
Par la douce pitié qui s’ attendrit au pli,
Pourtant dur, de ta lèvre, inaccessible amante,
Saurais-tu donc effacer la marque infamante
Que la vie imprima sur mon front assoupli !
Sois, au moins, la main qui berce, et lorsque a faibli
Mon orgueil, et ce pendant que geint la tourmente,
Abrite-moi comme d’ une magique mante,
Des ténèbres de ta chevelure d’ oubli ;


Et que de tes yeux la translucide prunelle
Me verse la fraîcheur et la paix solennelle
De la mare endormie en un lit de roseaux.
Mais surtout garde-toi bien close, et taciturne,
Tel que sous le soleil un augural oiseau.
Car mon âme frémit de regarder dans l’ urne.

Les cantilènes Livre I
Jean Moréas

Par la douce pitié Les cantilènes Livre 1 Poésie Jean Moréas

 Poésie Jean Moréas - Les cantilènes Livre 1 - Par la douce pitié -  Par la douce pitié qui s' attendrit au pli, Pourtant dur, de ta lèvre, inaccessible amante,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/