Osiris ou la fuite en Égypte

(Mis à jour le: 16 décembre 2015)
Evaluer cet article

C’est la guerre c’est l’été
Déjà l’été encore la guerre
Et la ville isolée désolée
Sourit sourit encore
Sourit sourit quand même
De son doux regard d’été

Sourit doucement à ceux qui s’aiment
C’est la guerre c’est l’été
Un homme avec une femme
Marchent dans un musée désert


Ce musée c’est le Louvre
Cette ville c’est Paris
Et la fraicheur du monde
Est là tout endormie
Un gardien se réveille en entendant les pas
Appuie sur un bouton et retombe dans son rêve
Cependant qu’apparaît dans sa niche de pierre
La merveille de l’Égypte debout dans sa lumière
La statue d’Osiris vivante dans le bois mort
Vivante à faire mourir une nouvelle fois de plus
Toutes les idoles mortes des églises de Paris
Et les amants s’embrassent
Osiris les marie
Et puis rentre dans l’ombre
De sa vivante nuit.

Textes poétiques
Jacques Prévert

Osiris ou la fuite en Égypte Textes poétiques Poésie Jacques Prevert

 Poésie Jacques Prevert - Textes poétiques - Osiris ou la fuite en Égypte -  C'est la guerre c'est l'été Déjà l'été encore la guerre


  1. 30 avril 2009 @ 01:48 rassi pletaisserea

    kutiut
    Je trouve ce poème très profond et interressant! 😛

    Répondre

  2. 22 septembre 2009 @ 22:28 rachid

    🙂 😀

    Répondre

  3. 14 octobre 2009 @ 16:40 AH ah

    Ouais le début est génial cependant, la fin, c zarbi!! 😕 🙄 🙂

    Répondre

  4. 27 janvier 2010 @ 19:54 elle super est belle

    kutiut
    elle est super belle!
    🙂

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/