Octave Mirbeau, histoire et biographie de Mirbeau

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 15 mai 2018)

Octave Mirbeau est un écrivain, un journaliste et un critique d’art français. Il est né à Trévières le 16 février 1848 et est mort à Paris le 16 février 1917. C’était un auteur réputé, aussi bien en France qu’à l’échelle européenne.

Famille, jeunesse et études

Octave Mirbeau est le fils de Ladislas-François Mirbeau et d’Eugénie-Augustine Dubosq. Il a fait sa première scolarité chez les Sœurs de l’Education Chrétienne de Rémalard puis intègre le collège des jésuites Saint-François-Xavier de Vannes où il était un élève médiocre. Il en est renvoyé en 1863 dans des conditions peu claires. Ce n’est qu’en 1890 qu’il les évoquera dans son roman intitulé Sébastien Roch.

Octave Mirbeau

Octave Mirbeau

Après avoir obtenu son baccalauréat, il hésite entre la médecine et le droit. C’est vers ce dernier qu’il décide de s’orienter et s’inscrit, le 14 novembre 1866 à la faculté de Droit de Paris. Il ne termine toutefois pas ses études et rentre à Rémalard pour travailler chez le notaire du village.

En 1870, il est mobilisé dans l’armée de la Loire et cette expérience traumatisante lui inspire divers contes.

En 1872, il part à Paris et y intègre l’univers journalistique. Pendant les douze premières années, les tâches qui lui incombent le fait se sentir comme « un domestique », car il n’était pas vraiment reconnu en tant que secrétaire particulier.

Ses chroniques ont ensuite commencé à paraître progressivement, d’abord dans L’Ordre de Paris, puis dans l’Ariégeois et aussi dans Le Gaulois.

A partir de 1883, il commence à grimper les échelons en dirigeant d’abord un biquotidien puis en devenant rédacteur en chef des Grimaces.

En 1884, suite à une rupture dévastatrice avec Judith Vinmer, Mirbeau donne un nouveau tournant à sa carrière et se met à écrire son premier roman intitulé Le Calvaire. Après une retraite de sept mois à Audierne, il retourne à la presse parisienne et commence à écrire pour son propre compte. A la fin de cette année, il se lie d’amitié avec Auguste Rodin et Claude Monet.

A partir de ce tournant, Octave Mirbeau concilie son travail de journaliste et son travail d’écrivain. Progressivement, il s’est fait un nom en tant que chroniqueur, critique d’art et conteur. Il devint, peu à peu, un personnage influent et de mieux en mieux rémunéré. Il collabore avec de nombreux journaux tout en continuant d’écrire et de publier de nombreux contes et des romans dont Le Calvaire publié en 1886.

Durant les sept années qui suivirent, Mirbeau traverse une crise morale couplée d’une crise conjugale. C’est durant cette douloureuse période qu’il découvre Camille Claudel, Paul Gauguin et Vincent van Gogh. Il en profite également pour écrire sa première grande pièce intitulée Les Mauvais bergers.

Au lendemain de l’Affaire Dreyfus, son succès est à son summum non seulement pour ses contes et romans, mais aussi pour ses pièces de théâtre lesquelles lui a valu une renommée mondiale.

Mirbeau a été membre de l’Académie Goncourt.

Quelques liens

Vie privée

Octave Mirbeau épouse Alice Regnault le 25 mai 1887. Une relation qui finit par le convaincre qu’un abîme sépare les deux sexes.

A partir de 1908, il tombe régulièrement malade et c’est son ami Léon Werth qui acheva Dingo. Ce dernier fut publié en juin 1913.

Il meurt, le 16 février 1917, le jour de son 69e anniversaire, à Paris.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/