O les cavales

(Mis à jour le: 23 décembre 2015)
O les cavales hennissant au vent limpide,
Et les los de triomphe à l’ entour des pavois !
Les cavaliers mordent la cendre, et je me vois
Tel un vaincu que la populace lapide.
L’ ombre se fait suspecte et veuve des hautbois,
Et l’ appareil n’ est plus de la fête splendide ;
Et tout à coup par un maléfice sordide
Des belles dames se décharnèrent les doigts.


Lutter, pourquoi ? Quand l’ étendard de la conquête
Claque aux remparts trahis ; et faut-il qu’ on s’ entête
Sous les lustres obscurs à danser d’ un pied tors ?
J’ entends pleurer comme des chordes sous des plectres ;
Avec de pâles fleurs voici passer des spectres ;
Et je voudrais mourir un peu, comme on s’ endort.

Les cantilènes Livre I
Jean Moréas

O les cavales Les cantilènes Livre 1 Poésie Jean Moréas

 Poésie Jean Moréas - Les cantilènes Livre 1 - O les cavales -  O les cavales hennissant au vent limpide, Et les los de triomphe à l' entour des pavois !



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/