Nocturne au port

(Publié le 28 décembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Le premier cargo vient de quitter le port

Il arrache une à une les étoiles du ciel

Ici chaque fois qu'un bateau s'éloigne

Le nombre d'étoiles décroît

On ne s'en émeut guère

C'est la loi naturelle

Approche-toi de moi près de la fenêtre

Et regardons ensemble la nuit se noircir

Des marins titubent 

En sortant du café

Bourrés de bières blanches et de mauvais genièvre

Ils urinent avec les chiens

Contre des réverbères

Certains vomissent leur trop-plein coloré

Mais s''accrochent de leurs doigts boudinés

A une chope ou à un verre

Et ils chantent en flamand

Que les filles sont laides dans le monde entier

Mais tellement belles entre Bruges et  Gand

Un chat s'enfuit 

Puis se cache à l'abri

D'une bitte d'amarrage

On distingue son ombre

Sur le pavé mouillé

Les derniers clients

Sortent en jurant

D'un estaminet

Glauque mais où jamais

On ne crache ni ne jure

S'il faut en croire 

Les panneaux

Qui sont cloués aux murs

Verboden te spuwen

Hier vloekt men niet God ziet U

© Jacques Herman – 2006



  1. 28 décembre 2006 @ 12:11 eric

    beau
    juste , et quelle poésie
    vraiment
    Monsieur Jacques Herman
    c’est un plaisir de vous lire

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/