Nocturne

(Publié le 5 septembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)


Ô mer, toi que je sens frémir
A travers la nuit creuse,
Comme le sein d'une amoureuse
Qui ne peut pas dormir ;

 

Le vent lourd frappe la falaise…
Quoi ! si le chant moqueur
D'une sirène est dans mon coeur –
Ô coeur, divin malaise.

Quoi, plus de larmes, ni d'avoir
Personne qui vous plaigne…
Tout bas, comme d'un flanc qui saigne,
Il s'est mis à pleuvoir.

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/