Narines fières

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Mais à quoi bon serrer
Entre tes doigts l’espoir

Que nourrit en elle
La fumée légère

Des humeurs délétères
Quand nous broyons du noir

Laisse à la vapeur
Le droit de s’élever

Comme l’encens mêlé
A la myrrhe des morts

Comme le parfum des fleurs
Dans le ciel de l’été


Que rien ne retienne
Ou n’enchaîne ici-bas

La fragrance appelée
Comme des montgolfières

A monter vers les dieux
Dont les narines fières

Sont ainsi rassasiées

Jacques Herman
2013




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/