Maux d’amour

(Mis à jour le: 24 février 2016)
Evaluer cet article

Les lumières qui tremblent ont rompu mon écho,
Les fenêtres aux yeux caves ont tué les couleurs
Et le calice boit la chair et sa douleur
Où les arbres qui songent ont vibré staccato.

Une croix qui s’ébauche abreuvera tes lèvres
Où la flèche si noire enfoncera ses os
Et les fauves de l’aube empoisonnent de fièvre
Tous ces maux de velours ciselés sur ta peau.

Un mot nu qui s’impose empourprera les ronces
Une fleur bleu de sang lividera ta chair,
Où la serrure ment à la clef qui s’enfonce
Comme une verge épand semence mensongère.

Une lueur éteint la nuit qui te regarde
Et pourtant tu es là dans la lune blafarde,
Au canon de l’hiver où le lierre te ronge
Aux joues rougies d’un jour qui pleure et qui mensonge.

Où est donc cet Amour à la joue rebondie ?
Le soleil blond trépasse en ses rides flétries
En son ventre de vierge où la matrice sale
Tes doigts noués d’angoisses où sombrent les pétales.

La roche si rugueuse avivera tes plaies
Et ton cri retiendra ces mots que tu voulais
Ces mots repus d’amour que toi tu attendais

Maux d’amour Poésie Valerie Catty Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - Poésie Valerie Catty - Maux d’amour -  Les lumières qui tremblent ont rompu mon écho, Les fenêtres aux yeux caves ont tué les couleurs



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/