Marseille

(Publié le 11 juin 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Dans le hamac de l’horizon,
Quand l’été baille d’ennui,
Le soleil, au zénith, roussit
Et peint les hublots tout ronds.

Mirages de feu, sur la mer,
Embrasent les palmeraies,
Et le vent brûlant du désert
Vite en efface les traits.

Et le soleil, intensément,
Hypnotise les pavés
Sur le quai nu, transparent,
De la phocéenne cité.

Persiennes, aux balcons, fermées,
Aux pênes étincelants,
Et l’eau du Vieux-Port étoilée
De mille intincelles d’argent.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/