2

Mao Tsé-Toung, histoire et biographie de Tsé-Toung

Mao Tsé-Toung officiellement Mao Zedong en chinois et également retranscrit Mao Tsé-Tung en français est un chef militaire chinois. Il est né le 26 décembre 1893 à Shaoshan et décédé le 9 septembre 1976 à Pékin. Il est le père fondateur de la République populaire de Chine.

Famille, jeunesse et études

Mao Tsé-Toung est issu d’une famille de paysans originaire de Shaoshan dans la province de Hunan. Son père, Mao Yichang, qui travaillait pour l’armée du vice-roi du Hunan et du Heibei a pu se constituer un capital suffisant pour acheter des terres. Cela a permis à la famille de cultiver du riz et de se sortir de la misère. A part exploiter ses terres, il a pris des hypothèques sur les terres de ses voisins et devient rapidement un propriétaire terrien. Il achetait également leurs récoltes pour les revendre. Sa mère, Wen Qimei, quant à elle, était une fervente bouddhiste qui faisait l’aumône aux pauvres malgré l’interdiction de son époux. Le couple a eu sept enfants dont Mao Tsé-Toung était l’aîné.

Quelques liens

Entre 1901 à 1906, le jeune Mao était assez rebelle, mais aimait étudier. Il lisait tous les ouvrages qu’il trouvait et parmi eux, deux textes l’ont profondément marqué à savoir Les Trois Royaumes et Au bord de l’eau.

Une fois ses études primaires achevées, il travaille dans la ferme familiale tout en tenant les livres de compte.

En 1910, il décide de quitter la famille allant ainsi contre la volonté de son père. Il était toutefois majeur et grâce au peu d’argent qu’il a emprunté à sa famille, il se paie un enseignement particulier auprès d’un étudiant et d’un vieux lettré. Cela l’a encouragé à reprendre ses études.

Quand la révolution Xinhai de 1911 éclate, il s’engage dans le régiment local de Changsha dans la province du Hunan et y reste jusqu’au printemps 1912. C’est là qu’il a côtoyé pour la première fois des hommes du peuple. Comme il savait lire et écrire, les autres soldats l’ont très vite pris en respect puisque lui seul pouvait écrire des lettres. Quant aux autres corvées qu’il trouvait condescendantes pour un étudiant comme lui, il payait des colporteurs pour les faire à sa place. Pendant les six mois qu’il a passés dans l’armée, il n’a jamais participé aux combats, mais était resté en garnison.

Après cette courte période dans l’armée, il retourne à ses études et entre dans une école de commerce. Comme les cours étaient en anglais, il avait du mal à suivre et les abandonne au bout d’un mois. Il s’inscrit alors dans une école de littérature et d’histoire qu’il quitte au bout de quelques mois seulement.

Durant l’hiver 1912, il était le seul à fréquenter la bibliothèque municipale pour étudier. Son père ne voyant pas cela d’un bon œil décide de lui couper les vivres. Mao décide alors de trouver un métier et intègre l’école normale de Changsha en 1913. Il en sort avec son diplôme en poche en 1918. Pendant ces études, deux personnages ont profondément forgé la personnalité de Mao Zedong à savoir Yuan Jiliu qui enseignait la littérature et la langue chinoise et Yuan Changji qui était directeur du département de philosophie.

En avril 1918, Mao avec la collaboration d’autres jeunes gens, décident de fonder la Société d’études des nouveaux citoyens. Très vite, l’association s’agrandit et comptait même des filles. Les adhérents se retrouvaient tous les dimanches après-midi pour parler politique.

Sa vie à Pékin

Mao Zedong part à Pékin avec son professeur Yang Changji. Il y assiste au mouvement du 4 mai 1919 et grâce à une lettre d’introduction du professeur, se fait engager en tant qu’aide à la bibliothèque de l’université. Sa tâche, qui consistait à faire le ménage, lui a valu le mépris des intellectuels pékinois qu’il côtoyait tous les jours. Il a alors décidé de s’inscrire pour quelques cours à temps partiel. La même année, il fonde avec quelques amis la Revue du fleuve Xuang dans lequel il parle pour la première fois du marxisme. Même s’il se montre passionné en rédigeant des articles là-dessus, il abandonne soudainement cette utopie. Il continua toutefois à lire énormément et à se familiariser avec les théories marxistes et communistes.

Il épouse, par la suite, la fille du professeur Yang à savoir Yang Kaihui. Malgré son intérêt pour la politique, Mao Zedong a gardé sa passion pour la calligraphie et la poésie.

Même si à une certaine époque, après avoir créé la Société d’études des nouveaux citoyens, tous les adhérents parlaient d’aller étudier en France, Mao n’a jamais concrétisé ce rêve parce qu’il ne savait pas parler français ou anglais. Il était d’ailleurs l’un des rares dirigeants du Parti Communiste chinois à ne pas s’intéresser au reste du monde.

En 1949 toutefois, il quitta la Chine pour découvrir l’Union Soviétique, seul pays qu’il a connu en dehors de la Chine.

Sa vie politique

Mao Tsé-Toung, histoire et biographie de Mao

Dans les débuts de sa vie politique, Mao Zedong a surtout été influencé par le mouvement du 4 mai 1919 et ce n’est qu’en 1920, qu’il adhère définitivement au marxisme.

Le 23 juillet 1921, il participe à la toute première session du congrès du Parti communiste chinois qui s’est tenu à Shanghai. Il était alors âgé de 28 ans et n’a pas été trop actif dans les débats.

En 1923, il a été élu en tant qu’un des cinq commissaires du 3e bureau central du Parti durant la session du troisième congrès.

Après la détérioration de ses relations avec le Kuomintang, Mao retourne à Shaoshan où son intérêt pour la révolution se réveille à nouveau après les soulèvements de 1925. Il part alors pour le Guangdong, siège du Kuomintang pour participer à la préparation du deuxième congrès national du parti nationaliste.

En janvier-février 1927, il retourne à Hunan et passe un mois entier pour visiter le Xiangtan et d’autres districts ruraux. Ce voyage a été le point déclenchant de ses théories révolutionnaires violentes.

Durant la guerre civile engendrée par la rupture du Kuomintang (KMT) et du Parti Communiste Chinois (PCC), Mao est envoyé à Hunan pour former l’armée révolutionnaire des travailleurs et des paysans. En septembre 1927, il déclenche le soulèvement de la récolte d’automne. Après la défaite de son armée, ses troupes doivent quitter le Hunan pour se réfugier dans les montagnes du Jinggang Shan où elles reprennent des forces.

Pendant cette période, il met en place, une cellule du parti dans chaque compagnie. Cette nouvelle structure a permis au PCC de prendre le contrôle absolu sur ses forces militaires et a eu une forte influence sur la révolution chinoise. Mao réussit ensuite de convaincre deux chefs rebelles de se soumettre. Il a, par la suite, été rejoint par l’armée de Zhu De et a fondé avec elle l’armée rouge des travailleurs et des paysans de Chine que l’on connaissait surtout sous l’appellation Armée rouge chinoise.

Au Jiangxi, la domination de Mao était dévastatrice puisque durant son apogée, on estime à plus de 700 000 victimes en trois ans. Rappelons que la République Soviétique chinoise du Jiangxi a été fondée sur le modèle russe. Mao Zedong a ensuite découvert une autre technique soviétique à savoir les purges. Tous ceux qui s’opposaient à lui ont été victime de cette méthode ce qui lui a permis d’asseoir une certaine autorité dans son régime de la terreur.

Entre 1931 à 1934, il met en place la République soviétique chinoise du Jiangxi et en devient le président dans les zones montagneuses de la région. Il s’y remarie avec He Zizhen vu que Yang Kaihui a été arrêtée et exécutée en 1930.

Même si les méthodes de Mao étaient considérées comme une guérilla, elles en différenciaient par le fait que contrairement à des soldats entraînés, son armée se composait de pauvres paysans se battant pour des passions révolutionnaires et croyant en l’utopie communiste.

Dans les années 30, le nombre de soldats de l’armée rouge approchait les 100 000 et plus de 10 régions étaient considérées comme régions soviétiques contrôlées par le PCC. Pour lutter contre l’expansion de ces zones, le KMT lance cinq campagnes. La dernière campagne a réussi à entourer l’armée rouge qui a tout de même échappé de justesse à l’encerclement. Le reste de la troupe tente alors de s’enfuir vers le Nord. Partant de 86 000 personnes, il n’en restait plus que 30 000 à la fin de la longue marche de 10 000 km qui a duré 368 jours entre octobre 1934 à octobre 1935. Mao Zedong a participé à cette marche, mais affaibli par la malaria, il parcourt la plupart du chemin sur une litière portée par quatre hommes.

Après cette marche, les rescapés s’installent dans le Nord du Shaanxi, à Yan’an en décembre 1936. Mao Zedong continue d’écrire et expose déjà, en janvier 1940, les deux suites de la révolution chinoise à savoir la Nouvelle Démocratie et le Socialisme.

Durant la guerre civile de 1945-1949, Mao gagne en prestige face à Tchang Kaï-Chek qui est de plus en plus critiqué pour ses relations avec les Etats-Unis et les autres puissances occidentales. Même si pendant la guerre sino-japonaise, les nationalistes et les communistes se sont alliés pour combattre les Japonais, Mao Zedong a toujours gardé son objectif de combattre le Kuomintang. Ainsi, à la fin de la guerre contre les Japonais, la guerre civile entre nationalistes et communistes reprit et Mao se retrouve à la tête du 7e Politburo du PCC.

 

Président de la République populaire de Chine

Le 1er octobre 1949 à Pékin, Mao Zedong proclame, sur le balcon de la Cité interdite, l’avènement de la République populaire de Chine. Cela a mis fin à la guerre civile.

Mao reste à la tête du gouvernement populaire central chinois jusqu’en 1954 pour ensuite devenir le Président de la République populaire de Chine. De nombreuses lois ont par la suite été promulguées comme celle autorisant les femmes à divorcer suite à un mariage imposé.

Au début de l’année 1957, Mao met en place la campagne des Cent Fleurs et ce, malgré le désaccord de son entourage. Dans ce cadre, il autorisait la liberté d’expression qu’il n’a plus pu contrôler par la suite tant les critiques ont fusé de tous les côtés. Cela a confirmé les préjugés que Mao avait pour les intellectuels.

Jusqu’en 1955, Mao Zedong s’est beaucoup inspiré du modèle soviétique jusqu’à ce qu’il se décide à adopter une voie spécifiquement chinoise du socialisme. Celle-ci s’est appuyée sur la paysannerie.

Entre 1958 et 1960, il lance alors le Grand Bond en avant pour rattraper le retard accumulé en seulement 15 ans. Cette politique a mené à une surexploitation des paysans qui a eu deux répercussions contradictoires : la croissance industrielle d’un côté et la famine dans les campagnes qui a fait près de 55 millions de morts.

A cause de ce désastre qu’il a longtemps ignoré, Mao Zedong fut contraint de quitter son poste de Président de la République. Il demeure néanmoins Président du Parti communiste chinois.

Pendant la Révolution culturelle de 1966-1976, Mao réussit à reprendre les pouvoirs du pays suite à l’arrestation de Liu Shaoqi qui l’a succédé. Après la violente répression qui a ébranlée une fois de plus le pays entre 1968 à 1980, Mao se retrouve à la tête des 9e et 10e Politburos du PCC. Sa quatrième épouse, Jiang Qing surnommée l’Impératrice rouge l’a beaucoup aidé pour asseoir sa Révolution. C’est d’ailleurs à travers elle qu’il réussit à éliminer Lin Biao.

Vie privée et fin de vie

Mao Zedong a été marié quatre fois et a eu 10 enfants avec trois femmes. Il n’a eu aucune descendance avec sa première épouse, Luo Yixiu qu’il a épousé à l’âge de 14 ans alors qu’elle en avait 18. Celle-ci est morte trois ans après le mariage.

Avec sa deuxième épouse, Yang Kaihui, il a eu trois fils dont le second était handicapé mental. Après avoir abandonné son épouse en 1928, il part vivre avec He Zizhen. Yang Kaikui fut exécutée en 1930 et ses enfants durent mendier dans les rues de Shanghai pour vivre. Ils reviennent ensuite vivre auprès de leur père en 1946 après avoir été envoyé à Moscou.

Avec sa troisième épouse, He Zizhen, il a eu six enfants dont trois garçons et trois filles.

Avec sa quatrième épouse, Jiang Qing, il eut une seule fille Li Na, qui fut sa préférée.

A partir de 1942, Mao Zedong commence à tromper sa dernière épouse avec une jeune fille de 18 ans baptisé Zhang Yufeng. Mao avait alors 68 ans, mais sa jeune amante avait un grand pouvoir sur lui puisqu’elle seule savait lire sur ses lèvres.

Le 11 mai 1976, Mao est victime d’un infarctus du myocarde après s’être disputé avec sa maîtresse. Il est mort le 9 septembre de la même année.

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/