Ma nef passe au destroit d’une mer courroucée

(Publié le 16 août 2006) (Mis à jour le: 7 janvier 2016)
Ma nef passe au destroit d’une mer couroucée,
Toute comble d’oubly, l’hiver à la minuict ;
Un aveugle, un enfant, sans soucy la conduit,
Desireux de la voir sous les eaux renversée.

Elle a pour chaque rame une longue pensée
Coupant, au lieu de l’eau, l’espérance qui fuit ;
Les vents de mes soupirs, effroyables de bruit,
Ont arraché la voile à leur plaisir poussée.

De pleurs une grand’pluie, et l’humide nuage
Des dedains orageux, detendent le cordage ;


Retors des propres mains d’ignorance et d’erreur.

De mes astres luisants la flame est retirée,
L’art est vaincu du tens, du bruit et de l’horreur.
Las ! puis-je donc rien voir que ma perte asseurée ?

 

Les amours de Diane

Philippe Desportes

Ma nef passe au destroit d’une mer courroucée Les amours de Diane Poésie Philippe Desportes

 Poésie Philippe Desportes - Les amours de Diane - Ma nef passe au destroit d’une mer courroucée -  Ma nef passe au destroit d'une mer couroucée, Toute comble d'oubly, l'hiver à la minuict ;



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/