l’horloge des temps vacants

Evaluer cet article

poesie

L’horloge des temps vacants

  

J’ai esquivé le temps ? Phase inachevée

A la ronde du néant j’ai imprimé ma volonté

Aiguilles aux reins d’acier bousculez l’insuffisance des âges

S’engouffrent un air irradié et des sons métalliques

 

 


 

La machine à explorer le temps  décline le futur

Emergeance du passé  où se pressent les entités

Visiter des lieux endoloris, éveiller les revenants

Sommeillez sortilèges mon vaisseau chevauche la destinée

 

Partance vers un futur évasif  vers une planète où stagne l’eau

Dévoiler les  étapes scellées sous une terre endolorie

Le cosmos happe mes désirs, je flotte dans les nuées, éthéré

Au passage je cueille la rose des vents

 

L’horloge épingle  mes souvenirs incertains

Le devenir appréhende une réalité fichée dans des chimères

Q’importe ! L’impossible a devancé l’absurde

J’ai crée la machine qui décline l’infini

 

Raymonde verney



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/