Les restes d’Olivier

(Publié le 7 mars 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

La voie ferrée ce matin

Etait jonchée de débris humains

J'ai cru reconnaître

Sur une traverse

La tête d'Olivier

Mais le doute à présent

M'envahit

La peste soit de mon incompétence

Une charmante jeune fille

S'est écriée 

C'est lui

Puis elle s'en est allée 

Une ville touristique

A dit quelqu'un dans la foule

Se doit d'être propre

Et ce ballast est souillé

© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/