Les portes du ciel

(Publié le 30 novembre 1999) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Sur la plage déserte
Sans doute à cause du froid
Elle chemine tremblante
La laisse entre les doigts
Et le chien toujours surpris
Par le seul bruit des vagues
Sans cesse renouvelées
N’en finit pas d’aboyer

 

Le soleil à cette heure
Rosit du plaisir
De pouvoir se coucher

Les nuages à l’Occident
Doucement s’étirent
Comme un tissu laineux
Partout effiloché

Elle dénoue ses cheveux
Détache le corgy
Lance un bâton noueux
Qu’aussitôt il rapporte

La fin du jour fraîchit
Le ciel va bientôt
Fermer toutes ses portes

Jacques Herman
2011

 




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/