les mots

Evaluer cet article

Habiles à s’envoler vers des paroles effrénées Insolents
ils s’attardent au creux des silences vaincus
Ombrés d’assuidité ils s’ingèrent dans des phrases fatiguées
Le sens se meut et le ton s’acquiert ardu
Les mots s’épongent le front, canicule, ou relent de peur ?

 

MACHIAVEL s’installe bienveillant
il guide l’heure Dans la pénombre d’antan
l’ombre des MEDICIS se meurt
L’écritoire pose ses accents sur une pointe d’erreur
Mots bienveillants qui dissertent et fanent l’indulgence
Mensonges terrés dans l’étuve des anges
Feutrés, glissant le long des paroles volubiles
Ne craignez point ma vindicte ma plume hallucine
Mots doucereux qui enrobent les particules
Les phrases se meurent dans l’oubli des cimetières
Balayées par un présent ambitieux et cupide
Les mots se veulent absurdes et éphémères

Raymonde verney

 



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/