Les Fourberies de Scapin ACTE III Scène 10

4.1/5 - (41 votes)

Les Fourberies de Scapin ACTE III Scène 10

Les Fourberies de Scapin par Molière

Octave, Argante, Géronte, Hyacinte, Nérine, Zerbinette, Silvestre.

Argante

Venez, mon fils, venez vous réjouir avec nous de l’heureuse aventure de votre mariage. Le Ciel…

Octave, sans voir Hyacinte.

Non, mon père, toutes vos propositions de mariage ne serviront de rien. Je dois lever le masque avec vous, et l’on vous a dit mon engagement.

Argante

Oui; mais tu ne sais pas…

Octave

Je sais tout ce qu’il faut savoir.

Argante

Je veux te dire que la fille du seigneur Géronte…

Octave

La fille du seigneur Géronte ne me sera jamais de rien.

Géronte

C’est elle…

Octave

Non, Monsieur, je vous demande pardon, mes résolutions sont prises.

Silvestre

Écoutez…

Octave

Non: tais-toi, je n’écoute rien.

Argante

Ta femme…

Octave

Non, vous dis-je, mon père, je mourrai plutôt que de quitter mon aimable Hyacinte. (Traversant le théâtre pour aller à elle.) Oui, vous avez beau faire, la voilà celle à qui ma foi est engagée; je l’aimerai toute ma vie, et je ne veux point d’autre femme.

Argante

Hé bien ! c’est elle qu’on te donne. Quel diable d’étourdi, qui suit toujours sa pointe.

Hyacinte

Oui, Octave, voilà mon père que j’ai trouvé, et nous nous voyons hors de peine.

Géronte

Allons chez moi: nous serons mieux qu’ici pour nous entretenir.

Hyacinte

Ah ! mon père, je vous demande par grâce que je ne sois point séparée de l’aimable personne que vous voyez; elle a un mérite qui vous fera concevoir de l’estime pour elle, quand il sera connu de vous.

Géronte

Tu veux que je tienne chez moi une personne qui est aimée de ton frère, et qui m’a dit tantôt au nez mille sottises de moi-même ?

Zerbinette

Monsieur, je vous prie de m’excuser. Je n’aurais pas parlé de la sorte, si j’avais su que c’était vous, et je ne vous connaissais que de réputation.

Géronte

Comment, que de réputation ?

Hyacinte

Mon père, la passion que mon frère a pour elle n’a rien de criminel, et je réponds de sa vertu.

Géronte

Voilà qui est fort bien. Ne voudrait-on point que je mariasse mon fils avec elle ? Une fille inconnue, qui fait le métier de coureuse.

Les Fourberies de Scapin par Jean Baptiste Poquelin: Molière

Une pièce de théâtre de Molière



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/