les feuilles d’or

Evaluer cet article

Il s'agit de montrer que la poésie peut opérer un renversement des valeurs, loin du lyrisme et de la prosodie où on l'a souvent délaissée !


Sur mon chemin je promenais, et un jour rencontrais un mur. Où sont les murs s'arrêtent les regards, et plus lumière ne passe; où sont les murs, plus rien ne vit !
    Sur le mur du château, je vois seulement les fenêtres, où passe le jour. Tu sais, par-dessus les beaux vêtements brodés, je vois seulement les yeux qui brillent !
    Holà ! Dans le château irais-je habiter, à l'ombre de fenêtres murées ? Voilà riche tombeau, en vérité !
    Hélas ! Au temple les égarés courrent encore se réfugier : pour les vices c'est belle ceinture de chasteté !
    Sous de hauts murs être caché, et toujours bien s'habiller, voilà bien cher payé. Crois-tu que tes beaux vêtements parleront à ta place, malheureux ! veux-tu que tes poches te remplacent ?
    "A la grande noblesse les mains sont assez", me dit un enfant, tenant une flûte et un livre. Ouvrant se besace il trouvait une montagne d'or, et ne voulut même y toucher !
    Ce matin, depuis la petite chambre, nous regardions au dehors : plus chère nous fut la vie que l'or ! Ô les amis qui partagez la chambre, vous laissez toutes lumières passer.
    C'est folie de vivre en un monde muré ! Quel cachot serait notre lot ?



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/