Les Deux Muses

(Publié le 20 juillet 2016) (Mis à jour le: 20 juillet 2016)
J’ai vu…, oh ! dites-moi, était-ce le présent que je voyais, ou
l’avenir ? J’ai vu dans la lice la muse anglaise s’élancer vers une
couronne.

À peine distinguait-on deux buts à l’extrémité de la car-
rière : des chênes ombrageaient l’un, autour de l’autre des pal-
miers se dessinaient dans l’éclat du soir.

Accoutumée à de semblables luttes, la muse d’Albion des-
cendit fièrement dans l’arène, ainsi qu’elle y était venue ; elle y
avait jadis concouru glorieusement avec le fils de Méon, le chan-
tre du Capitole.

Elle jeta un coup d’œil à sa jeune rivale, tremblante, mais
avec une sorte de noblesse, dont l’ardeur de la victoire enflam-
mait les joues et qui abandonnait aux vents sa chevelure d’or.

Déjà elle retient à peine le souffle resserré dans sa poitrine
ardente, et se penche avidement vers le but… La trompette déjà
résonne à ses oreilles, et ses yeux dévorent l’espace.

Fière de sa rivale, plus fière d’elle-même, l’altière Bretonne
mesure encore des yeux la fille de Thuiskon : « Je m’en sou-
viens, dit-elle, je naquis avec toi chez les Bardes, dans la forêt
sacrée ;
» Mais le bruit était venu jusqu’à moi que tu n’existais
plus : pardonne, ô muse, si tu es immortelle, pardonne-moi de
l’apprendre si tard ; mais au but j’en serai plus sûre. »

« Le voici là bas !… Le vois-tu dans le lointain avec sa cou-
ronne ?… Oh ! ce courage contenu, cet orgueilleux silence, ce
regard qui se fixe à terre tout en feu… je le connais !

» Cependant réfléchis encore avant que retentisse la trom-
pette du héraut… C’est moi, moi-même qui luttai naguère avec
la muse des Thermopyles, avec celle des collines ! »

Elle dit ; le moment suprême est venu et le héraut
s’approche : « Muse bretonne, s’écrie, les ardents, la fille de la
Germanie, je t’aime, oh ! je t’aime en t’admirant…

» Mais moins que l’immortalité, moins que la palme de la
victoire ! Saisis-la avant moi, si ton génie le veut, mais que je
puisse la partager et porter aussi une couronne.

» Et… quel frémissement m’agite !… Dieux immortels !… Si
j’y arrivais la première à ce but éclatant… alors je sentirais ton
haleine agiter de bien près mes cheveux épars ! »

Le héraut donna le signal… Elles s’en volèrent, aigles rapi-
des, et la poussière, comme un nuage, les eut bientôt envelop-
pées… Près du but elle s’épaissit encore, et je finis par les perdre
de vue.

 

Un poème de Friedrich Gottlieb Klopstock




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/