Les debris du miroir

(Publié le 8 janvier 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.

J’ai oublié les jeux, oublié les enfants,
J’ai oublié aussi, sur les pavés mouillés,
Les rondes et les cris, j’ai oublié les chants,
J’ai verrouillé le temps de mes jeunes années.

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.

Mais,

Je me souviens de mots que je n’ai pas écrits,
Je me souviens de nuits où je n’ai pas rêvé,
Je me souviens de tout, même de chaque cri,
Je me souviens de nous, nous sommes-nous aimés ?

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.

Je me souviens, aussi, des mots de tous les jours,
Je me souviens, encor, de chaque feuillaison,
Je me souviens de lui, mon tendre troubadour,
Chaque instant de la vie était notre saison.

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.

Je me souviens du vent, je me souviens des feux,
Je me souviens de toi, je me souviens de nous,
Je me souviens de ceux qui brillaient dans tes yeux,
La douceur de tes mains, tes baisers dans mon cou.

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.

Je me souviens de ceux que je n’ai pas aimés,
Je me souviens des fleurs que je n’ai pas cueillies,
Je me souviens d’hivers, je me souviens d’étés,
Dans sanglots de la nuit, tout au fond de mon lit.

Les débris du miroir ont ridé la surface
De l’étang de ma vie.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/