Les boucles de lumière

(Publié le 12 juillet 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)
J’ai laissé ma souffrance à l’aube de tes lèvres,
Le Petit Prince a dit « dessine-moi la vie »
Alors j’ai dessiné un joli cœur fleuri,
Pour toi mon Petit Prince aux boucles de lumière.
 

J’ai écrasé mes larmes à l’orée des odeurs,

Embrasé la pénombre enrobée de couleurs,
J’ai dérobé mes pas au jardin noir des ombres,
Pour qu’à jamais s’égrène âpre vent d’outre- tombe.
 
Je voudrais te sculpter mon amour et ses formes
Parfumé d’acacia aux notes de l’aurore,
Des croches échevelées se balancent aux ormes,
Pour murmurer ce chant satiné d’égrégore.
 
Ecoute bien le vent poupin qui te taquine,
Il égrappe tes peurs et caresse tes rêves,
Il sème de doux cœurs qui chuchotent de sève,
Et berce ton sommeil d’amour et d’églantine.
 
Enferme la lumière en ton corps de candeur,
Préserve bien la perle afin qu’elle ne se meure,
Plante des fleurs de feu sur la crête du vent
Laisse tes songes, enfant, gambader dans les champs.
 
Je voudrais tellement te chanter l’Absolu,
La pomme de la terre ensemencée de sève
Mélange les odeurs, et tous les bruits joufflus
Sa chair nue, ses couleurs qui achèvent le glaive.
 
Allonge-toi dans l’herbe et sens monter en toi
La courbe de ses reins qui t’insuffle la joie
Fonds-toi dans la douceur, écoute bien son cœur
Tout vit, tout est si beau, repousse la laideur.
 
N’écoute pas la faux qui essaime l’effroi,
Mais recueille en tes mains la liqueur des oiseaux
Qui coule dans tes veines en un écho de toi
Fonds-toi dans la groseille et les coquelicots.
 
Ecoute l’univers et l’or de ses atomes
Qui résonne de toi et épelle ton nom,
Eployant son amour d’arôme qui t’embaume
Et de pourpre doré lové dans les bourgeons.
 
J’ai habillé mes mots de la pulpe des fleurs,
Retiré les pépins, puis ajouté l’écorce
Pour que coule en ton sang le nectar et sa force ;
Pour ôter de tes yeux le sable de tes pleurs.
 
J’ai puisé en mon sang le pourpre qui demeure
Afin que tous mes mots palpitent de la vie.
J’ai jeté mon couteau aux ombres si noircies
Brûlé mes souvenirs et toutes mes aigreurs.
 
Les fantômes des pleurs qui craignent la lumière
S’éloignent à ton sourire et à tes boucles d’or,
L’arlequin de la mort dans tes yeux s’évapore,
J’ai noyé le cercueil recouvert de poussières.



  1. 13 juillet 2006 @ 22:35 Visiteur

    jolie
    le texte est bien ecrit

    Répondre


Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/