L’École des femmes Acte IV Scène 9

Evaluer cet article

L’École des femmes Acte IV Scène 9

L’École des femmes écrite par Molière

Alain, Georgette, Arnolphe

Arnolphe.

Mes amis, c’est ici que j’implore votre aide.

Je suis édifié de votre affection;

Mais il faut qu’elle éclate en cette occasion;

Et si vous m’y servez selon ma confiance,

Vous êtes assurés de votre récompense.

L’homme que vous savez (n’en faites point de bruit)

Veut, comme je l’ai su, m’attraper cette nuit,

Dans la chambre d’Agnès entrer par escalade;

Mais il lui faut nous trois dresser une embuscade.

Je veux que vous preniez chacun un bon bâton,

Et quand il sera près du dernier échelon

(Car dans le temps qu’il faut j’ouvrirai la fenêtre),

Que tous deux, à l’envi, vous me chargiez ce traître,

Mais d’un air dont son dos garde le souvenir,

Et qui lui puisse apprendre à n’y plus revenir:

Sans me nommer pourtant en aucune manière,

Ni faire aucun semblant que je serai derrière.

Aurez-vous bien l’esprit de servir mon courroux ?

Alain.

S’il ne tient qu’à frapper, Monsieur, tout est à nous:

Vous verrez, quand je bats, si j’y vais de main morte.

Georgette.

La mienne, quoique aux yeux elle n’est pas si forte,

N’en quitte pas sa part à le bien étriller.

Arnolphe.

Rentrez donc; et surtout gardez de babiller.

Voilà pour le prochain une leçon utile;

Et si tous les maris qui sont en cette ville

De leurs femmes ainsi recevaient le galant,

Le nombre des cocus ne serait pas si grand.

L’École des femmes Acte IV Scène 9

Une pièce de Théâtre de Molière



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/