L’École des femmes Acte II Scène 1

(Publié le 23 août 2011) (Mis à jour le: 22 janvier 2016)

L’École des femmes Acte II Scène 1

L’École des femmes écrite par Molière

Arnolphe.

Arnolphe.

Il m’est, lorsque j’y pense, avantageux sans doute

D’avoir perdu mes pas et pu manquer sa route;

Car enfin de mon cœur le trouble impérieux

N’eût pu se renfermer tout entier à ses yeux:

Il eût fait éclater l’ennui qui me dévore,

Et je ne voudrais pas qu’il sût ce qu’il ignore.

Mais je ne suis pas homme à gober le morceau,

Et laisser un champ libre aux vœux du damoiseau:

J’en veux rompre le cours et, sans tarder, apprendre

Jusqu’où l’intelligence entre eux a pu s’étendre.

J’y prends pour mon honneur un notable intérêt:

Je la regarde en femme, aux termes qu’elle en est;

Elle n’a pu faillir sans me couvrir de honte,

Et tout ce qu’elle a fait enfin est sur mon compte.

Éloignement fatal ! voyage malheureux !

(Frappant à la porte.)

L’École des femmes Acte II Scène 1

Une pièce de Théâtre de Molière




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/