Le Sang des roses

(Publié le 31 octobre 2016) (Mis à jour le: 31 octobre 2016)
La brise est chaude comme une haleine de flamme.
Le vent passionné palpite et porte une âme
De soleil violent et d’arômes légers
Qu’il prit dans les jardins, les champs et les vergers.
Juin, qui sommeille encore aux cœurs fermés des roses,
Se parfume aux derniers rameaux des lilas roses.
L’ardent Printemps prépare une fête à l’Été.
Riches d’herbe et de fleurs, de grâce et de beauté,
Pour le retour du dieu magnifique, les routes
D’innombrables couleurs étincelleront toutes,

Et le vent chantera dans les érables verts,
Par la Nature même harmonisés, des vers !
Le cœur s’ouvre à la vie et rappelle ses rêves,
L’épanouissement en corolles des sèves
Ranime les anciens désirs et les espoirs :
Astres éteints ressurgissant au fond des soirs !
L’azur n’est plus qu’au ciel ; il est dans l’âme douce,
Avec tous les ruisseaux, avec toutes les mousses,
Avec tout le soleil et tous les papillons,
Les bois et leur fraîcheur, les nuits et leurs rayons !
Gloire à Juin qui sur l’âme et la terre flamboie,
Et dont le sang subtil dans les roses rougeoie !

Le Miroir des Jours
Albert Lozeau

Le Sang des roses Le Miroir Des Jours Poésie Albert lozeau

 Poésie Albert lozeau - Le Miroir Des Jours - Le Sang des roses -  La brise est chaude comme une haleine de flamme. Le vent passionné palpite et porte une âme



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/