Le printemps

Evaluer cet article
Vois, le printemps pressé ne tient plus qu’à un fil :
Bâtissant son ourlet sur les cendres d’Avril,
Son aiguille sertit les épines des roses
Dans les sentiers battus qui se métamorphosent.

Déjà, tous les bourgeons entrouvrent les paupières
Et le merle moqueur fredonne sa chanson,
Dans le lit du ruisseau, un cerf se désaltère,
Do, ré, mi, fa, sol, la, et brame à l’unisson.

Le soleil, par degrés, de la brume s’évade,
Sur la pointe des pieds, voici venir l’aurore,
Un tesson scintillant, lui portant l’estocade,
L’essaime, effrontément, en mille goûtes d’or.

Le printemps Poésie Cypora SEBAGH Poésies contemporaines

 Poésies contemporaines - Poésie Cypora SEBAGH - Le printemps -  Vois, le printemps pressé ne tient plus qu’à un fil : Bâtissant son ourlet sur les cendres d’Avril,


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/