Le moment venu

(Publié le 4 septembre 2007) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

Lorsque le moment venu

Il faudra que je te voie

De plus près terre glaciale

Ouvre-toi

 

Comme une fleur au printemps

Puis sans tarder

Referme-toi

L'air libre ne me convient pas

On y sèche malgré soi

A l'exception des jours humides

Où l'on ne pourrit

Pas même à l'abri

Des regards indiscrets

 

 

Que rien ne vienne

Ô fossoyeur

Te perturber dans ton labeur

Ni les troublions

Ni les mouches avides

Ni les proches livides

Ni les curieux en manque

De distraction

 

 

© Jacques Herman – 2007




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/