Le Médecin volant Scène XIV

(Publié le 7 juin 2011) (Mis à jour le: 21 janvier 2016)

Le Médecin volant Scène XIV

Le Médecin volant par Molière

Gorgibus, Sganarelle

Gorgibus

Je vous cherchois partout pour vous dire que j’ai parlé à votre frère: il m’a assuré qu’il vous pardonnoit; mais, pour en être plus assuré, je veux qu’il vous embrasse en ma présence; entrez dans mon logis, et je l’irai chercher.

Sganarelle

Ah ! Monsieur Gorgibus, je ne crois pas que vous le trouviez à présent; et puis je ne resterai pas chez vous; je crains trop sa colère.

Gorgibus

Ah ! vous demeurerez, car je vous enfermerai. Je m’en vais à présent chercher votre frère: ne craignez rien, je vous réponds qu’il n’est plus fâché. (Il sort.)

Sganarelle, de la fenêtre.

Ma foi, me voilà attrapé ce coup-là; il n’y a plus moyen de m’en échapper. Le nuage est fort épais, et j’ai bien peur que, s’il vient à crever, il ne grêle sur mon dos force coups de bâton, ou que, par quelque ordonnance plus forte que toutes celles des médecins, on m’applique tout au moins un cautère royal sur les épaules. Mes affaires vont mal; mais pourquoi se désespérer ? Puisque j’ai tant fait, poussons la fourbe jusques au bout. Oui, oui, il en faut encore sortir, et faire voir que Sganarelle est le roi des fourbes. (Il saute de la fenêtre et s’en va.)

Le Médecin volant Scène XIV

Le Médecin volant par Molière

Le Médecin volant par Jean Baptiste Poquelin: Molière

Une pièce de théâtre de Molière




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/