Le malade imaginaire ACTE I Scène 6

Evaluer cet article
Le malade imaginaire ACTE I Scène 6

Béline, Angélique, Toinette, Argan

Argan

Ah ! ma femme, approchez.

Béline

Qu’avez-vous, mon pauvre mari ?

Argan

Venez-vous-en ici à mon secours.

Béline

Qu’est-ce que c’est donc qu’il y a, mon petit fils ?

Argan

Ma mie !

Béline

Mon ami !

Argan

On vient de me mettre en colère.

Béline

Hélas ! pauvre petit mari ! Comment donc, mon ami ?

Argan

Votre coquine de Toinette est devenue plus insolente que jamais.

Béline

Ne vous passionnez donc point.

Argan

Elle m’a fait enrager, ma mie.

Béline

Doucement, mon fils.

Argan

Elle a contrecarré, une heure durant, les choses que je veux faire.

Béline

Là, là, tout doux !

Argan

Et a eu l’effronterie de me dire que je ne suis point malade.

Béline

C’est une impertinente.

Argan

Vous savez, mon cœur, ce qui en est.

Béline

Oui, mon cœur; elle a tort.

Argan

M’amour, cette coquine-là me fera mourir.

Béline

Eh là ! eh là !

Argan

Elle est cause de toute la bile que je fais.

Béline

Ne vous fâchez point tant.

Argan

Et il y a je ne sais combien que je vous dis de me la chasser.

Béline

Mon Dieu ! mon fils, il n’y a point de serviteurs et de servantes qui n’aient leurs défauts. On est contraint parfois de souffrir leurs mauvaises qualités, à cause des bonnes. Celle-ci est adroite, soigneuse, diligente, et surtout fidèle; et vous savez qu’il faut maintenant de grandes précautions pour les gens que l’on prend. Holà ! Toinette !

Toinette

Madame ?

Béline

Pourquoi donc est-ce que vous mettez mon mari en colère ?

Toinette, d’un ton doucereux.

Moi, madame ? Hélas ! je ne sais pas ce que vous me voulez dire, et je ne songe qu’à complaire à monsieur en toutes choses.

Argan

Ah ! la traitresse !

Toinette

Il nous a dit qu’il voulait donner sa fille en mariage au fils de monsieur Diafoirus; je lui ai répondu que je trouvais le parti avantageux pour elle, mais que je croyais qu’il ferait mieux de la mettre dans un couvent.

Béline

Il n’y a pas grand mal à cela, et je trouve qu’elle a raison.

Argan

Ah ! m’amour, vous la croyez ? C’est une scélérate; elle m’a dit cent insolences.

Béline

Eh bien, je vous crois, mon ami. Là, remettez-vous. Ecoutez, Toinette, si vous fâchez jamais mon mari, je vous mettrai dehors. Çà, donnez-moi son manteau fourré et des oreillers, que je l’accommode dans sa chaise. Vous voilà je ne sais comment. Enfoncez bien votre bonnet jusque sur vos oreilles: il n’y a rien qui enrhume tant que de prendre l’air par les oreilles.

Argan

Ah ! ma mie, que je vous suis obligé de tous les soins que vous prenez de moi !

Béline, accommodant les oreillers qu’elle met autour d’Argan.

Levez-vous, que je mette ceci sous vous. Mettons celui-ci pour vous appuyer, et celui-là de l’autre côté. Mettons celui-ci derrière votre dos, et cet autre-là pour soutenir votre tête.

Toinette, lui mettant rudement un oreiller sur la tête, et puis fuyant.

Et celui-ci pour vous garder du serein.

Argan se lève en colère, et jette tous les oreillers à Toinette.

Ah ! coquine, tu veux m’étouffer.

Béline

Hé, là ! hé, là ! Qu’est-ce que c’est donc ?

Argan, tout essoufflé, se jette dans sa chaise.

Ah ! ah ! ah ! je n’en puis plus.

Béline

Pourquoi vous emporter ainsi ? Elle a cru faire bien.

Argan

Vous ne connaissez pas, m’amour, la malice de la pendarde. Ah ! elle m’a mis tout hors de moi; et il faudra plus de huit médecines et de douze lavements pour réparer tout ceci.

Béline

Là, là, mon petit ami, apaisez-vous un peu.

Argan

Ma mie, vous êtes toute ma consolation.

Béline

Pauvre petit fils !

Argan

Pour tâcher de reconnaître l’amour que vous me portez, je veux, mon cœur, comme je vous ai dit, faire mon testament.

Béline

Ah ! mon ami, ne parlons point de cela, je vous prie: je ne saurais souffrir cette pensée; et le seul mot de testament me fait tressaillir de douleur.

Argan

Je vous avais dit de parler pour cela à votre notaire.

Béline

Le voilà là-dedans, que j’ai amené avec moi.

Argan

Faites-le donc entrer, m’amour.

Béline

Hélas ! mon ami, quand on aime bien un mari, on n’est guère en état de songer à tout cela.

Le malade imaginaire ACTE I Scène 6

Le malade imaginaire

ACTE I Scène 6 de le malade imaginaire

La pièce de Théâtre Le malade imaginaire par Molière



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/