Le Juif-errant

(Mis à jour le: 15 janvier 2016)

div class=”poeme”>
Chrétien au voyageur souffrant

Tends un verre d’eau sur ta porte!

Je suis, je suis le Juif-errant

Qu’un tourbillon toujours emporte!
Sans vieillir, accablé de jours,

La fin du monde est mon seul rêve

Chaque soir j’espère toujours

Et toujours le soleil se lève!

Toujours… toujours…


Tourne la terre où moi je cours!

Toujours! Toujours!

Seul, au pied d’arbustes en fleurs,

Sur le gazon, au bord de l’onde,

Si je repose mes douleurs,

J’entends le tourbillon qui gronde!

Mais qu’importe au ciel irrité

Cet instant passé sous l’ombrage?

Faut-il moins que l’éternité

Pour délasser d’un tel voyage?

Toujours… toujours…

Tourne la terre où moi je cours!

Toujours! Toujours!

J’outrageai d’un rire inhumain

L’Homme-Dieu respirant à peine!

Mais… sous mes pas fuit le chemin…

Adieu! le tourbillon m’entraine!

Vous qui manquez de charité,

Tremblez, tremblez à mon supplice étrange!

Ce n’est pas sa Divinité,

C’est l’humanité que Dieu venge!!

Toujours… toujours…

Tourne la terre où moi je cours!

Toujours! Toujours!

Chansons
Pierre Jean de Béranger

Le Juif-errant Chansons Poésies Pierre Jean de Béranger




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/