le jardin d’antan

Evaluer cet article
Rien n’est plus doux aussi que de s’en revenir
Comme après de longs ans d’absence,
Que de s’en revenir
Par le chemin du souvenir Fleuri de lys d’innocence,
Au jardin de l’Enfance.

Au jardin clos, scellé, dans le jardin muet
D’où s’enfuirent les gaietés franches,
Notre jardin muet Et la danse du menuet
Qu’autrefois menaient sous branches
Nos soeurs en robes blanches.

Aux soirs d’Avrils anciens, jetant des cris joyeux
Entremêlés de ritournelles,
Avec des lieds joyeux
Elles passaient, la gloire aux yeux,
Sous le frisson des tonnelles,
Comme en les villanelles.

Cependant que venaient, du fond de la villa,
Des accords de guitare ancienne,
De la vieille villa,
Et qui faisaient deviner là
Près d’une obscure persienne,
Quelque musicienne.

Mais rien n’est plus amer que de penser aussi
À tant de choses ruinées !
Ah ! de penser aussi,
Lorsque nous revenons ainsi
Par des sentes de fleurs fanées, À nos jeunes années.

Lorsque nous nous sentons névrosés et vieillis,
Froissés, maltraités et sans armes,
Moroses et vieillis,
Et que, surnagent aux oublis,
S’éternisent avec ses charmes
Notre jeunesse en larmes !

 

Le jardin de l’enfance

Emile Nelligan

le jardin d’antan Le jardin de l'enfance poésie Emile Nelligan

 poésie Emile Nelligan - Le jardin de l'enfance - le jardin d’antan -  Rien n'est plus doux aussi que de s'en revenir Comme après de longs ans d'absence,


Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/