Le Cid ACTE V Scène III

(Publié le 1 avril 2011) (Mis à jour le: 25 janvier 2016)
Le Cid ACTE V Scène III

L’infante, Léonor

L’infante

Où viens-tu, Léonor ?

Léonor

Où viens-tu, Léonor ? Vous applaudir, madame,

Sur le repos qu’enfin a retrouvé votre âme.

L’infante

D’où viendrait ce repos dans un comble d’ennui ?

Léonor

Si l’amour vit d’espoir, et s’il meurt avec lui,

Rodrigue ne peut plus charmer votre courage.

Vous savez le combat où Chimène l’engage;

Puisqu’il faut qu’il y meure, ou qu’il soit son mari,

Votre espérance est morte, et votre esprit guéri.

L’infante

Ah ! qu’il s’en faut encor !

Léonor

Ah ! qu’il s’en faut encor ! Que pouvez-vous prétendre ?

L’infante

Mais plutôt quel espoir me pourrais-tu défendre ?

Si Rodrigue combat sous ces conditions,

Pour en rompre l’effet j’ai trop d’inventions.

L’amour, ce doux auteur de mes cruels supplices,

Aux esprits des amants apprend trop d’artifices.

Léonor

Pourrez-vous quelque chose, après qu’un père mort

N’a pu dans leurs esprits allumer de discord ?

Car Chimène aisément montre, par sa conduite,

Que la haine aujourd’hui ne fait pas sa poursuite.

Elle obtient un combat, et pour son combattant

C’est le premier offert qu’elle accepte à l’instant:

Elle n’a point recours à ces mains généreuses

Que tant d’exploits fameux rendent si glorieuses;

Don Sanche lui suffit, et mérite son choix

Parce qu’il va s’armer pour la première fois;

Elle aime en ce duel son peu d’expérience;

Comme il est sans renom, elle est sans défiance;

Et sa facilité vous doit bien faire voir

Qu’elle cherche un combat qui force son devoir,

Qui livre à son Rodrigue une victoire aisée,

Et l’autorise enfin à paraître apaisée.

L’infante

Je le remarque assez, et toutefois mon cœur

À l’envi de Chimène adore ce vainqueur.

À quoi me résoudrai-je, amante infortunée ?

Léonor

À vous mieux souvenir de qui vous êtes née;

Le ciel vous doit un roi, vous aimez un sujet !

L’infante

Mon inclination a bien changé d’objet.

Je n’aime plus Rodrigue, un simple gentilhomme;

Non, ce n’est plus ainsi que mon amour le nomme;

Si j’aime, c’est l’auteur de tant de beaux exploits,

C’est le valeureux Cid, le maître de deux rois.

Je me vaincrai pourtant, non de peur d’aucun blâme,

Mais pour ne troubler pas une si belle flamme;

Et quand pour m’obliger on l’aurait couronné,

Je ne veux point reprendre un bien que j’ai donné.

Puisqu’en un tel combat sa victoire est certaine,

Allons encore un coup le donner à Chimène.

Et toi, qui vois les traits dont mon cœur est percé,

Viens me voir achever comme j’ai commencé.

Le Cid ACTE V Scène III

L’infante, Léonor

La pièce de Théâtre Le Cid par Pierre Corneille.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/