L’Avare ACTE I Scène 4

Evaluer cet article

L’Avare ACTE I Scène 4

Harpagon

Voilà un pendard de valet qui m’incommode fort; et je ne me plais point à voir ce chien de boiteux-là. Certes, ce n’est pas une petite peine que de garder chez soi une grande somme d’argent; et bienheureux qui a tout son fait bien placé, et ne conserve seulement que ce qu’il faut pour sa dépense ! On n’est pas peu embarrassé à inventer, dans toute une maison, une cache fidèle; car pour moi, les coffres-forts me sont suspects et je ne veux jamais m’y fier. Je les tiens justement une franche amorce à voleurs, et c’est toujours la première chose que l’on va attaquer.

L’Avare par Jean Baptiste Poquelin: Molière



Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/