L’absente

(Mis à jour le: 8 janvier 2016)
Souvent, dans la lointaine Sardes,
la pensée de la chère Arignota, ô Atthis,
vient nous chercher jusqu’ici, toi et moi.

Au temps où nous vivions ensemble,
tu fus vraiment pour elle une déesse,
et de ton chant elle faisait ses délices.

Maintenant, entre les femmes de Lydie,
elle brille, comme après le coucher du soleil
brille la lune aux rayons roses,
parmi les étoiles qu’elle efface.

Elle répand sa lumière sur les flots marins,
elle éclaire les prés en fleurs.

C’est l’heure où tombent les belles gouttes de rosée,
où renaissent la rose, la délicate angélique
et le parfum du mélilot.

Alors dans ses longues courses errantes,
Arignota se souvient de la douce Atthis,
l’âme lourde de désirs, le cœur gonflé de chagrins.

Et là-bas son appel perçant nous invite à la rejoindre,
et la nuit aux subtiles oreilles
cherche à redire au delà des flots qui nous séparent
ces mots qu’on ne comprend pas,
cette voix mystérieuse..

 

Poésie Sappho

Sappho

L’absente Poésie Sappho

 Poésie Sappho - L’absente -  Souvent, dans la lointaine Sardes, la pensée de la chère Arignota, ô Atthis,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/