La vieille femme de la lune

(Mis à jour le: 25 janvier 2016)
On a beaucoup parlé dans la chambre, ce soir.
Couché, bordé, la lune entrant par la fenêtre,
On évoque à travers un somnolent bien-être,
La vieille qui, là-haut, porte son fagot noir.

Qu’elle doit être lasse et qu’on voudrait connaître
Le crime pour lequel nous pouvons tous la voir
Au long des claires nuits cheminer sans espoir !


Pauvre vieille si vieille, est-ce un vol de bois mort
Qui courbe son vieux dos sur la planète ronde ?
Elle a très froid, qui sait, quand le vent souffle fort.
Va-t-elle donc marcher jusqu’à la fin du monde ?

Et pourquoi dans le ciel la traîner jusqu’au jour !
On dort… Nous fermerons les yeux à double tour…
Lune, laisse-la donc s’asseoir une seconde.

Premiers poèmes
Sabine Sicaud

La vieille femme de la lune Premiers poèmes Poésies Sabine Sicaud

 Poésies Sabine Sicaud - Premiers poèmes - La vieille femme de la lune -  On a beaucoup parlé dans la chambre, ce soir. Couché, bordé, la lune entrant par la fenêtre,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/