La vache

(Mis à jour le: 15 janvier 2016)
Evaluer cet article

Une vache gisait, sombre, la bave au mufle,
Et les yeux imprégnés d’une immense terreur,
Tandis qu’un taureau noir, farouche comme un buffle,
Semblait lui regarder le ventre avec horreur.

Le pacage ! c’était la pénombre béante.
L’arbre y devenait spectre, et le ruisseau marais.
Un ciel jaune y planait sur une herbe géante.
A droite, un vieux manoir — à gauche, des forêts.
Et la vache geignait dans ce lieu fantastique.


On eût dit qu’un pouvoir occulte et magnétique
Élargissait encor ses grands yeux assoupis.

Ma curiosité devint alors féroce,
Et, m’approchant, je vis, — ô nourrisson atroce ! —
Un énorme crapaud qui lui suçait le pis.

Dans les brandes, poèmes et rondels
Maurice Rollinat

La vache Dans les brandes poèmes et rondels Poésies Maurice Rollinat

 Poésies Maurice Rollinat - Dans les brandes poèmes et rondels - La vache -  Une vache gisait, sombre, la bave au mufle, Et les yeux imprégnés d’une immense terreur,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/